Tendances Marketing Digital 2018

Marketing Digital & SEO en 2018 : 30 Experts Partagent Leurs Prédictions

Le Marketing Digital ne cesse d’évoluer et les marketeurs doivent s’adapter à cette évolution et se préparer à présent pour 2018.

 

Cela est particulièrement valable pour le SEO (Search Engine Optimization), le SEM (Search Engine Marketing) et le SMO (Social Media Optimization).

 

Mention spéciale à Google qui ne cesse de faire évoluer ses algorithmes, ce qui le rend à présent difficilement manipulable.

 

Il est ainsi crucial que vous restiez à l’écoute des nouvelles tendances et prédictions pour 2018 concernant le Marketing Digital en général.

 

Et quoi de mieux que d’obtenir les prédictions et conseils des meilleurs experts dans le domaine?

 

Nous avons donc directement posé à un panel d’experts du marketing digital et SEO la question suivante:

 

« Quelles sont vos prédictions pour 2018 en termes de SEO et/ou Marketing Digital? »

 

Ces réponses, toutes plus intéressantes les unes que les autres, vous permettront d’avoir une vision beaucoup plus claire sur les stratégies de marketing digital à mettre en place pour réussir en 2018!

 

Avant de lire toutes les réponses, voici le TOP 5 des prédictions & tendances les plus citées pour 2018:

 

#1 : La Recherche Vocale (15 mentions)

#2 : Index Mobile First (12 mentions)

#3 : Intelligence Artificielle (8 mentions)

#4 : Comportement Utilisateur / UX (6 mentions)

#5 : Vidéo (5 mentions)

 

Et pour en savoir plus continuez à lire!

 

Vous pouvez également vous rendre directement sur la réponse de l’expert de votre choix grâce à l’accès rapide ci-dessous.

 

Voici les réponses reçues:

 

Camille Jourdain | Franck Confino | Yann Gourvennec | Andrea Gaillet | Sylvain Lembert | Frédéric Canevet | Rudy Viard | Thomas Cubel | Stéphane Jambu | Andrea Bensaid | Alexandre Santoni | Rémi Mondina | Christophe Benoit | Patrice Krysztofiak | David Dragesco |  Patrice Decoeur | Selma Païva | David Groult | Anthony Técher | Adrien Russo | Thibault De Vergnette | Kévin Jourdan | Laura Blanchard | Yoann Uzan | François Bieber | Mathieu Chartier | Maximilien Labadie | Benjamin Thiers | Sylvain Delaporte | Valérie Bernard ex. Demyttenaere

 

 

#1  Camille Jourdain : Vidéo, Réalité Mixte, Marketing d’Influence, Marketing Automation & Intelligence Artificielle en 2018

 

 

Camille Jourdain

Camille Jourdain  est Responsable Communication Digitale chez WNP 909.

En parallèle, il est formateur Social Media en écoles, à Skema, à l’ISEG et à l’ISCOM Lille. Depuis 2010,  il propose des cours sur les réseaux sociaux, de la stratégie au community management, en passant par la e-réputation et l’influence marketing.

Il est  également auteur d’un livre sur Twitter : « Tout savoir sur… Twitter – C’est bon pour le business ! » , Editions Kawa.

 

Pour le suivre: Twitter / Facebook

 

Sa réponse:

 

En 2018, le choix des formats sera primordial et la vidéo incontournable. En misant sur la vidéo Live et éphémère avec les Stories, les marques dynamiseront leur communication Social Media. Des contenus animés comme les gifs, ou des contenus très vivants, combinant photos et vidéos, comme les Cinemagraph seront aussi très appréciés par les socionautes. Plus globalement, tous les contenus visuels occuperont une place importante sur les réseaux sociaux, la vidéo étant le format phare cette année. Les marques vont devoir se poser les bonnes questions sur la création de leurs différents contenus et leur utilisation sur les réseaux sociaux. Pour se démarquer et attirer l’attention des utilisateurs, particulièrement avec les Stories sur Instagram, il faudra être innovant. L’enjeu sera d’imaginer des contenus toujours plus créatifs en misant sur trois valeurs essentielles : la proximité, la spontanéité et l’authenticité. 

 

En 2018, les marques utiliseront encore la Réalité Virtuelle (VR) et la Réalité Augmentée (AR), nous parlerons de plus en plus de Réalité Mixte. Un monde recréé numériquement à partir d’éléments 3D ou réels qui deviendra un canal de marketing essentiel dans de nombreux domaines. Le marché global VR + AR sera en pleine croissance et les grandes marques expérimenteront encore ces technologies pour améliorer l’expérience clients. Ces derniers privilégient déjà le self-service pour interagir avec les marques en se rendant sur les plateformes digitales ou sociales. Les marques utiliseront toujours les réseaux sociaux comme Facebook pour proposer des expériences VR et les applications sociales comme Snapchat pour lancer leurs propres filtres AR. Elles chercheront à créer des expériences inédites dans le cadre de leur campagne de communication. L’enjeu sera de faire vivre des expériences sans commune mesure, en mixant plusieurs technologies.

 

En 2018, le marketing d’influence continuera sa progression et deviendra une alternative crédible aux leviers digitaux traditionnels. Les professionnels, responsables de la communication des marques, envisagent déjà d’accroître le budget de leurs campagnes aux côtés d’influenceurs sur les réseaux sociaux. Les consommateurs suivront toujours plus les influenceurs sur les réseaux sociaux et accorderont de plus en plus de crédits à leurs publications, post Facebook, Instagram, tweet ou article de blog, par exemple avant d’effectuer leurs achats. Le pouvoir de prescription des influenceurs sera encore plus conséquent et l’impact sur les consommateurs deviendra incontestable. L’enjeu pour les marques sera de réussir à construire des relations sur le long terme avec les bons influenceurs, en privilégiant les micro-influenceurs, aux caractéristiques plus avantageuses, c’est à dire des experts dans un domaine particulier ou des membres très actifs d’une communauté.

 

En 2018, le marketing automation s’imposera également pour communiquer plus efficacement, en diversifiant les messages, les cibles et les lieux de prise de parole. L’automatisation pourra être effectuée à plusieurs niveaux, notamment pour toutes les techniques marketing comme l’emailing et bien sûr les réseaux sociaux, avec la programmation de la publication des messages sur Facebook, Twitter, Instagram, etc. Les marques auront intérêt à prendre en compte les habitudes des consommateurs consistant à utiliser un grand nombre de réseaux sociaux, et en allant de plus en plus sur les applications mobiles. Elles ne devront pas simplement dupliquer leurs messages, surtout pas, elles auront pour objectif d’adapter leur discours aux spécificités de chaque plateforme. L’enjeu consistera à bien intégrer l’automatisation du Community Management dans la stratégie Social Media, pour optimiser sa présence et être toujours plus performant.

 

En 2018, l’Intelligence Artificielle explosera et les chatbots continueront leur progression, que ce soit sur Facebook Messenger ou sur d’autres plateformes de messageries. Ils progresseront en quantité, soyons-en sûrs et, espérons-le, aussi en qualité. Ceux-ci aideront à optimiser la relation client et permettront aux internautes de dialoguer efficacement avec une marque s’ils proposent une expérience non-déceptive. Pour se faire, il sera déterminant de mener une réflexion et de se poser les bonnes questions avant de lancer son outil conversationnel. Les marques pourront lancer des chatbots performants sans Intelligence Artificielle, en offrant une expérience convaincante. En outre, il sera nécessaire de les combiner avec des messageries privées alimentées par des humains pour continuer à converser, mieux comprendre les demandes des internautes et y répondre intelligemment. L’enjeu sera de faciliter la connexion avec les marques et de personnaliser au maximum la relation.

 

 

#2 Franck Confino : 8 Grandes Tendances du Marketing Digital en 2018

 

 

Franck Confino

Formateur, auteur de nombreux ouvrages et conférencier, Franck Confino est avant tout consultant en stratégie numérique et en transformation digitale. Il accompagne de nombreuses entreprises et institutions publiques, en France et à l’étranger. Ancien directeur de communication puis d’agence, fondateur de l’observatoire socialmedia, il travaille désormais en indépendant.

 

Pour le suivre: Twitter / Facebook

 

Sa réponse:

 

N’étant pas voyant ni diseur de bonne aventure, je ne me risquerai pas au jeu, favori dans le monde digital, des prédictions de fin d’année. Mais puisque l’exercice m’est proposé, voici plutôt 8 grandes tendances – ou « anti-prévisions », détectées en 2017, qui devraient en toute logique faire règle en 2018 :

 

1) Vous ne parlerez plus de « responsive design » mais de « mobile first web design » !


Alors que la courbe de l’équipement d’ordinateur dans les foyers français continue lentement mais sûrement sa baisse, celle des smartphones est malthusienne ! L’audience est, maintenant depuis deux ans, d’abord sur mobile. Il sera temps de penser vos sites web comme des applications mobiles avec une approche « mobile first » : simplification de la navigation web, ergonomie mobile, valorisation de la géolocalisation et valorisation du moment présent pour enrichir l’expérience utilisateur. Bref, vous ne « déclinerez » plus sur mobile une maquette pensée sur desktop : vous ferez exactement l’inverse…

 

 

2) Vous produirez autant de « snacking content » que de contenus longs !

 


Un adulte scrolle 90m de contenus par jour et se connecte en moyenne toutes les 10mn à son smartphone, pour une durée inférieure à 30 secondes. Il faut donc savoir proposer des « contenus à picorer » qui s’adaptent à notre (fameux) « temps de cerveau disponible ». Seulement, il y a une limite de taille et de durée atteinte en 2017, en dessous de laquelle on ne peut plus descendre. Et il ne faudra pas non plus négliger les contenus longs, qui auront plus que jamais encore toute leur place. D’ailleurs Facebook favorise depuis peu les vidéos plus longues pour Watch, sa nouvelle section consacrée aux vidéos.

 

3) Vous investirez toujours plus dans les contenus, qui continuent leur mue :

 

Les contenus deviennent sonores, pour s’adapter notamment aux nouveaux assistants vocaux, ils seront de plus en plus en réalité augmentée, technologie arrivant à maturité, et toujours plus tournés en vidéo (ou pas)… mais plus que jamais, ils devront répondre à des règles n’ayant rien de technologique : avoir trouvé le bon angle, savoir toucher leur cible et procéder d’une bonne idée. Et dans tout cela, il reste deux valeurs sûres : la photo et le texte.

 

4) Vous investirez encore plus dans la publicité sociale !

 

Alors que Facebook teste la disparition des posts organiques des flux d’actualité et l’a déjà appliqué dans quelques pays, plus personne ne peut croire que « les réseaux sociaux sont gratuits ». Ce qui est certainement une bonne chose. Et, en termes d’impact comme de ROI, rien n’égale actuellement la publicité sociale : ceux qui l’ont testée, c’est certain, ont décidé d’y investir plus encore !

 

5) Vous formaliserez la stratégie qui vous distingue et vous rend unique !


Selon une étude faite auprès d’entreprises françaises en 2017, 16% d’entre elles disent utiliser les réseaux sociaux pour « faire comme les autres ». Je suis persuadé que 100% de celles-là n’en retirent aucun bénéfice. L’important pour toutes, comme pour vous, est d’avoir en 2018 une stratégie pertinente réellement adaptée à vos objectifs, vos cibles et vos moyens : et il n’en existe qu’une seule.

 

6) Vous comprendrez pourquoi « la donnée est le nouvel or noir » !


Vous connaissez sûrement cette phrase de Clive Humby « data is the new oil », mais l’avez-vous bien comprise et comment l’avez-vous intégré dans vos stratégies ? Cette fois, vous n’échapperez plus au data marketing, dont le marché explose, ni à l’open data, devenu obligatoire pour toute collectivité de plus de 3500 habitants, ni au « big data » et autre smart data.

 

7) Vous ne penserez plus qu’un chatbot peut remplacer un community manager !

 

« L’arnaque des chatbots durera-t-elle longtemps ? » titrait FrenchWeb récemment. Vu le nombre déployé à tout va par les marques en 2017, on peut craindre qu’ils resteront encore quelques temps dans le paysage. Force est de constater que beaucoup d’entre eux, frôlant la bêtise plus que l’intelligence artificielle, produisent l’effet exactement inverse de tout le château de cartes que peut construire un community manager en humanisant la relation. Beaucoup de produits bâclés la déshumanisent autant que ces agaçants répondeurs automatiques sur lesquels on tombe parfois en essayent de joindre un humain. Vous avez trop de messages entrants ? Engagez plus de community managers, que jamais les bots ne remplaceront.

 

8) Vous arrêterez de croire que « les réseaux sociaux sont en train de mourir » !


Contrairement aux prédictions d’un article qui a buzzé à la rentrée, je vous rassure (ou pas) : ils ne se sont jamais aussi bien portés et vous remercient. En France et dans le monde, nous n’avons jamais été si nombreux à les utiliser. Et si vous avez des doutes là-dessus, je vous donne rendez-vous sur mon blog en début d’année pour vous en convaincre.

 

 

#3 Yann Gourvennec : En 2018, le content marketing sera l’objet d’intérêt principal de tous les marketeurs

 

 

Yann Gourvennec

Yann Gourvennec a créé le site visionarymarketing.com en 1996. Il pratique depuis lors la stratégie Web, le e-business et le Web marketing en France et à l’international et a 10 ans d’expérience en direction digitale. Il a été membre de socialmedia.org de 2008 à 2014 et Président de Media Aces de 2009 à 2013, l’association française pour le développement des médias sociaux en entreprise. Il est intervenant et auteur de 2 ouvrages : « les médias sociaux expliqués mon boss », élu livre digital influent de l’année 2012 par le Hub Forum, et fin 2013, de « la communication digitale expliquée à mon boss », tous deux écrits avec Hervé Kabla (http://amonboss.com). Le nouvel ouvrage de cette collection, « la stratégie digitale expliquée à mon boss » sera publiée par le même éditeur en 2017. En septembre 2016, toujours aux éditions Kawa, il publie un manifeste pour la refondation des études sur les médias sociaux en collaboration avec Rozenn Nardin. Il contribue également à de nombreux ouvrages et livres blancs collectifs. En 2014, d’intrapreneur, il est devenu entrepreneur, en créant son agence de marketing digital Visionary Marketing, en association avec Effiliation. Depuis 2015, il est également directeur de programme du Mastère Spécialisé Digital Business Strategy de Grenoble Ecole de Management (http://grenoble-em.com/digital). Parmi ses clients, on compte Adobe, BMC Software, eZ Systems, Jems Group, Orange, Schelcher Prince (groupe Crédit Mutuel), Solocal group, et Veolia.

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

 

En 2018, le content marketing sera l’objet d’intérêt principal de tous les marketeurs

 

Le content marketing ne cesse de gagner en popularité depuis 2014, date à laquelle Joe Pulizzi a écrit son fameux livre. Depuis, il est devenu de plus en plus central dans les stratégies marketing client. Au point qu’une étude que nous avons menée fin 2017 pour le compte de Weber Stephen France a permis de montrer que ce levier de marketing était largement prioritaire pour les 323 professionnels du marketing en activité.

 

Détail interessant, celui-ci est perçu comme incontournable non seulement pour l’acquisition client, mais aussi pour la fidélisation. Cette tendance de fond de 2018 a été confirmée par les prévisions de budgets du JDNet, celui-ci indiquant que les investissements des marques sur ces logiques d’inbound marketing occuperaient la place la plus conséquente des budgets marketing de 2018.

 

La tendance observée se retrouve aussi bien dans les domaines B2C que B2B, même si le marketing de professionnels à professionnels est plus enclin à mettre le content marketing au premier rang de ses préoccupations.

 

Sous cette influence tendancielle, les entreprises de 2018 devront travailler dans plusieurs directions qui nous semblent fondamentales :

 

 – Donner du sens à leur communication au travers du content marketing et considérer celui-ci comme le pivot d’une mutation culturelle et non comme une technique SEO ;

 

– Apprendre à travailler avec des micro-influenceurs dans une logique d’égal à égal et avec un esprit de co-création plus appuyé que ce que l’on observe aujourd’hui ;

 

– Apprendre en même temps les règles du marketing de contenu et surtout du marketing du bouche à oreille, en sortant du lot et en apprenant à se positionner avec des contenus innovants et différenciés ;

 

– Apprendre à ne pas mettre tous leurs œufs dans le même panier et de devenir indépendantes de la publicité pour faire interagir sur leurs contenus, multiplier les tactiques de plateformes et redécouvrir l’importance de leur capital Web.

 

Voici à notre avis les 4 points clés qui vont occuper nos marketeurs de 2018, tout nouvellement acquis à cette nouvelle priorité.

 

 

#4 Andrea Gaillet : Pour moi, le point le plus important à prendre en considération pour 2018 est la recherche vocale.

 

 

Andrea Gaillet

Andrea Gaillet et la fondatrice de Hello Marketing. Adepte du social selling et passionnée d’inbound marketing, son métier consiste à accélérer la croissance des entreprises en faisant intervenir différents leviers du marketing des moteurs de recherche et du marketing des médias sociaux.

 

Pour la suivre:  Twitter / Facebook

 

Sa réponse :

 

La recherche vocale

 

Pour moi, le point le plus important à prendre en considération pour 2018 est la recherche vocale.

 

L’augmentation de l’utilisation de la recherche vocale par les utilisateurs, nous incitera à nous concentrer davantage et plus que jamais auparavant, sur des mots-clés à longue traîne et sur un langage naturel.

 

Les moteurs de recherche tels que Googlebot sont en mesure de comprendre les recherches plus longues et plus conversationnelles des utilisateurs, utilisant des assistants de recherche vocale / numérique, ce qui rend le langage naturel beaucoup plus important.

 

Aller au-delà de la simple optimisation textuelle

 

Le référencement organique continuera à aller bien au-delà de la simple optimisation textuelle.

 

Les utilisateurs s’engagent de plus en plus avec du contenu visuel et pas seulement du texte sur des pages web. Ainsi, l’optimisation des images, des vidéo et des autres éléments multimédias pour le référencement devra faire l’objet d’une plus grande attention.

 

L’engagement de la page

 

Nous commençons également à voir l’engagement de la page comme un facteur SEO de plus en plus important, conduisant à un besoin d’amélioration continue de l’UX, en mettant l’accent sur l’utilisateur avant tout.

 

Google Analytics devra être utilisé régulièrement pour déterminer les pages les moins engageantes et les pages dont le temps de consultation est faible. Ce sont des signaux de défauts de contenu qui devraient être analysés pour des opportunités d’amélioration et mis à jour en conséquence.

 

La survie du plus rapide

 

Les sites web qui prennent une éternité à se charger finiront par tomber dans leurs classements.

 

La vitesse est donc une priorité. Ce n’est pas seulement un signal de classement. C’est un facteur UX majeur. L’UX, à son tour, a un impact sur les classements. C’est une sorte de boucle.

 

Rapide à quel point exactement ? Google s’attend à ce que les pages soient chargées en moins de trois secondes.

 

 

#5 Sylvain Lembert: Sécurisation, AMP et Mobile First, OK Google, IA pour 2018

 

 

Sylvain Lembert

Consultant en communication digitale depuis 2004, Sylvain a pu intervenir aussi bien en agence de communication que chez l’annonceur sur des thématiques variées allant du référencement naturel à la communication sur les réseaux sociaux. En 2006, il lance Webmarketing & co’m, un blog dont la thématique est la communication digitale. Fort de ce succès, il développe des activités de formation (en présentiel sur Paris et en ligne via Club&Co’m et Training&Co’m) et un site d’emploi dans les thématiques liées au marketing digital. Aujourd’hui, il accompagne les professionnels de la communication à monter en compétence et développer leur carrière. Il vient de lancer la version en ligne de sa formation « Améliorer sa visibilité sur Google grâce aux fondamentaux du référencement » accessible ici.

 

Pour le suivre:  Facebook, Twitter, Youtube, LinkedinGoogle+ 

 

Sa réponse:

 

Le bon choix des mots-clés : la technique du persona

 

Aujourd’hui, avec la forte concurrence qu’on observe dans les résultats de recherche, il est indispensable de bien choisir les expressions sur lesquelles les efforts de référencement devront porter. J’ai toujours considéré la phase d’audit sémantique comme cruciale, mais plus le temps passe, plus cet aspect me parait important. En choisissant les bonnes expressions, il est plus aisé de se positionner et surtout de transformer le prospect arrivant des moteurs de recherche en client. Rien ne sert de se positionner sur une expression qui apportera beaucoup de trafic mais aucune conversion.

 

Pour ce faire, la technique du persona me parait concluante. Pour mieux appréhender le besoin et les recherches de ses prospects, on s’image un personnage imaginaire (le persona) représentant notre client idéal : son âge, son sexe, sa situation géographique, sa situation familiale, ce qu’il aime, ce qu’il n’aime pas, ses activités… Une fois qu’on a bien imaginé ce personnage qui prend progressivement vie dans notre esprit, on réalise une recherche de mots-clés en se mettant à la place de celui-ci. Quelles expressions va-t-il rechercher dans Google pour trouver notre offre ?

 

Les fondamentaux toujours essentiels

 

Au-delà du choix des mots-clés, en 2018 je pense sincèrement que les fondamentaux du référencement naturel représenteront au moins 80/90% des optimisations.

 

Les recettes sont nombreuses mais les fondamentaux restent :

 

1/ Un site bien optimisé en termes de structure et un contenu mis en avant via les balises adéquates. Avec quelques petites retouches à faire par rapport aux années précédentes notamment par rapport aux balises descriptions qui voient leur nombre de caractères maximum passer à 320 (annoncé en décembre 2017), et aux données structurées qui offrent toujours plus de possibilités pour se démarquer dans les résultats de recherche.

 

2/ Un contenu de qualité avec une vraie expertise et une vraie pate éditoriale (adieu les contenus creux rédigés pour le référencement), on vise l’ultra qualité de ses contenus et leur potentiel à obtenir des liens (linkable). On parle également de contenus épiques, j’en donne la recette dans mon guide gratuit « Les 3 ingrédients essentiels au référencement » ! Je recommande également d’intégrer absolument les contenus vidéos et vocaux (podcast).

 

3/ Des liens de qualité provenant de sites divers dans sa thématique en surveillant la qualité de ces sites. L’idéal étant de se concentrer sur la qualité de ses contenus puis d’en faire la promotion afin de gagner des liens 100% naturels.

 

Au-delà de ses fondamentaux qui restent le cœur du référencement, parmi les nouveautés représentant environ 10/15% des optimisations, voici les éléments à suivre de près en 2018.

 

Sécurité de l’internaute

 

Il ne faut pas oublier que la priorité numéro 1 de Google et de bien servir les internautes afin qu’ils reviennent sans cesse sur le moteur. La sécurité est essentielle dans ce sens. Cette année, Google a commencé à intégrer le fait qu’un site soit sécurisé ou non (https) dans son algorithme. Le https a d’ailleurs fait partie de bon nombre de stratégies de référencement en 2017. Cela va s’accentuer, Google va surement passer la seconde sur ce critère. Si vous traitez des données provenant des internautes sans sécuriser votre site, cela risque d’avoir à terme un impact négatif sur votre positionnement.

 

AMP et mobile first

 

Toujours dans une logique d’expérience utilisateur, si proposer un site responsive est depuis longtemps intégré aux stratégies de référencement, Google va accentuer la pression sur l’adoption du format AMP qui permet une expérience mobile beaucoup plus fluide.

 

OK Google : la recherche vocale

 

Avec le lancement de Google Home en 2017, nul doute que la recherche vocale va exploser ces prochaines années. Il faut s’y mettre dès 2018. Quelques pistes pour optimiser cet aspect :

 

1/ Optimiser ses contenus sur des expressions liées au langage parlé (on en revient à l’audit sémantique et au persona, cf. plus haut).

 

2/ Privilégier les expressions géo-localisées, car pour le moment en tout cas, la recherche vocale est essentiellement utilisée dans un contexte géo-localisé.

 

3/ Utiliser les données enrichies pour aider Google à mieux comprendre votre site.

 

4/ Accentuer sa stratégie de création de contenus audios et vidéos.

 

C’est encore un domaine jeune en référencement, les techniques restent à mettre en place et optimiser mais c’est un sujet à suivre de très près.

 

L’Intelligence artificielle

 

L’intelligence artificielle, on entend que ça depuis 1 ou 2 ans, et cela ne va pas s’arrêter là. Google notamment via ses algorithme Fred et Rank Brain met en place de plus en plus d’algorithmes intelligents capables d’apprendre et de s’améliorer par eux-mêmes avec le temps. La seule façon d’optimiser, enfin plutôt de s’adapter à ces algorithmes et de toujours penser à l’internaute dans ses phases d’optimisations techniques et éditoriales. Si les optimisations vont dans le sens de l’internaute, l’aide à trouver l’information de qualité plus facilement, tout se passera bien.

 

Et pour conclure, quelque soit le type d’optimisation, l’internaute restera toujours au centre en 2018 et dans les années à venir. Si on souhaite une stratégie de référencement pérenne, il est indispensable de mettre l’internaute au centre de tout !

 

#6 Frédéric CANEVET : Content Marketing, Exploitation des Données, Marketing Automation entres autres…

 

 

Frederic Canevet

Frédéric Canevet est Product Manager chez Eloquant.com (éditeur de solutions relation client), Blogueur & Consultant sur ConseilsMarketing.com, et auteur du livre « Le Growth Hacking » paru chez Dunod (voir http://amzn.to/2CSExRr).

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

Le Marketing Digital est en évolution exponentielle depuis les 5 dernière années, cela en devient même complexe à suivre, tellement les outils et les techniques évoluent vite.

 

Si l’on prend juste l’exemple de Facebook, il y a tous les mois un nouveau changement qui rajoute une brique de plus au système existante.

 

Voici donc mes prédictions pour 2018, avec à chaque fois des  :

 

1 – En 2018, le content Marketing de Papa, c’est fini… Créez l’événement ou de l’émotion en content marketing

 

Créer du bon contenu, même de qualité ne suffit plus.

 

Il faut toujours penser SEO pour des requêtes simples et peu concurrentielles, mais pour attirer du trafic et des liens, il est indispensable de créer un événement.

 

Cet événement peut être une compilation de points de vue d’experts comme cet article (et dans ce cas vous remarquerez qu’il faut de plus en plus d’experts pour avoir une vraie mobilisation et un effet viral).

 

A l’inverse, on peut aussi créer l’événement ou de l’émotion par des contenu chargés d’émotion, cela peut être :

 

– Un avis très tranché et original qui va au delà des réponses traditionnelles.

Par exemple vous pouvez voir comment Manuel Diaz fait de la polémique, annonce des faits choquant… dans ses vidéos Youtube https://www.youtube.com/channel/UC-0yfdIcyaOgjGg8NCz6EUQ/  Cependant n’oubliez pas de ne pas trop exagérer et dire la vérité.

 

– Faire de l’infotainment comme le font très bien des personnes comme Stan Le Loup qui a adapté les conseils du film “Le Loup de Wall Street”, ou encore Tara Hunt avec des extraits de films dans ses vidéos https://www.youtube.com/user/sanfranrogue.

 

– Du live (Facebook Live, Youtube Live, des web séminaires…), en donnant la parole aux participants, via des sessions de questions / réponses avec vos audit…

 

– Du physique, comme des rencontres (Meetup…) ou encore des produits physiques comme par exemple mon livre “Le Growth Hacking” (http://amzn.to/2peV9Rj) qui a permis de générer énormément de visibilité et d’engagement.

 

– Du relationnel, en particulier via les micro-influenceurs (les petits blogueurs, les spécialistes d’une thématique, admins de groupes & pages Facebook…) qui n’ont pas les prétentions commerciales des blogueurs stars et qui ont des communautés engagées.

 

2 – En 2018, on arrête de faire comme d’habitude… Apprenez à exploiter la data à votre disposition et à calculer le ROI

 

Nous sommes dans une situation complexe : d’une part l’environnement nous demande d’être plus réactif, de s’adapter aux évolutions technologiques et sociologiques… Mais en même temps il n’a jamais été plus urgent que de dire STOP et de prendre le temps de faire un audit.

 

La plupart des organisations sont dans une course folle, où l’horizon de décision est le mois, voire la semaine…

 

Il faut savoir prendre du recul et analyser la situation, en particulier son tunnel de vente AARR via la méthode de Growth Hacking (voir http://www.conseilsmarketing.com/e-marketing/growth-hacking-tunnel-aarrr) pour savoir où agir en priorité.

 

Pour cela il suffit de prendre 2h pour obtenir les principales données concernant l’acquisition (ex: trafic…), l’activation (ex: offre d’essai…), la retention (ex renouvellement…), la recommandation (ex: parrainage…) et les revenus (ex: souscription offre premium…).

 

processus-du-growth-hacking

 

Avec ces informations vous pouvez analyser où votre organisation est déficiente, pour ensuite définir des actions et mesure l’impact de celles ci.

 

tunnel

 

L’analyse des données de l’entreprise (CRM, Google Analytics…), et la mise en place d’un suivi des conversion est la clé de la réussite de demain.

 

3 – 2018 sera l’année de l’automatisation… mais aussi de l’humanisation.

 

Peu de personnes s’en rendent compte, mais l’intelligence artificielle (qui arrive avec les premiers chatbots) va impacter fortement tous les métiers du marketing, et 2018 va être le point de départ.

 

Ainsi une partie des contenus “à faible valeur ajoutée” peuvent être produits par des machines (voir cette interview https://www.youtube.com/watch?v=gkhXdJRwxRU), les réponses SAV de niveau 1 peuvent être répondues par des chatbots (voir cet article https://www.eloquant.com/blog/la-methode-complete-pour-mettre-en-place-un-projet-de-chatbot-dans)…

 

Ces outils sont à leurs débuts, mais la possibilité d’interpréter le langage et apporter une réponse sensée (voir le test de Turing https://fr.wikipedia.org/wiki/Test_de_Turing), vont faire que le marketing va devoir revoir de nombreux pans de son activité (ex: les enceintes connectées comme Google Home…).

 

Ces technologies sont encore peu matures, mais elles vont se démocratiser dans les 3 ans qui viennent, il est important de commencer dès maintenant à monter en compétences.

 

Il faudra alors analyser partout où il y a un gain de productivité (processus répétitifs, interactions humaines simples…), pour voir comment un chatbot pourrait intervenir via une cartographie du parcours client.

 

En revanche, cela ne veut pas dire moins d’humain. Il faudra au contraire ajouter plus de valeur à l’intervention d’un conseiller, d’un commercial… via plus d’écoute, plus d’empathie, plus de gamification (pour rendre intéressant les tâches que nous trouvons de plus en plus pénibles) et plus d’autonomie du conseiller.

 

Votre plan d’actions est donc d’analyser où vous allez pouvoir mettre plus d’automatisation, et au contraire où mettre plus d’humain, car malgré la digitalisation de notre société, ce sont encore des humains qui achètent aux humains !

 

Il est vital de redonner du sens et de la crédibilité à sa marque, car les consommateurs deviennent de plus en plus méfiants face au syndrome “World Company”.

 

4 – 2018 est la fin du Web Marketeur… Nous arrivons à l’âge de la spécialisation des métiers

 

En effet des outils comme Facebook Ads, le Content Marketing, Adwords, Analytics… font que les outils et les techniques sont devenues trop complexes pour être maîtrisés par 1 seule personne.

 

On va arriver à une spécialisation des métiers, avec des profils généralistes, qui soit utiliseront des tutorial, des formations vidéos… pour compléter un sujet, et pour les entreprises avec des gros budgets, l’utilisation de spécialistes externes.

 

Le plus d’actions doit être de se former tout au long de sa vie, de suivre quelques blogs (comme ConseilsMarketing.com), de souscrire à des formations vidéo, groupes Facebook… afin d’être toujours au top de son métier.

 

5 – 2018 sonne la fin de l’ère des amateurs et du “tout gratuit”… acceptez de payer ou vous n’allez plus être visible.

 

L’époque où il suffisait de tenir un blog, de faire des vidéos sur Youtube, d’avoir une Page Fan avec des publications de citations et d’image … et générer des visiteurs par milliers est révolu.

 

Il faut désormais accepter de payer pour avoir de la visibilité afin d’alimenter la pompe de trafic, en surveillant bien la conversion car désormais vous allez devoir justifier le ROI de vos actions.

 

Le paiement peut se faire via du Fabebook Ads, de la visibilité de la part d’influenceurs, de la production de contenus vidéos plus digestes…

 

Au niveau des blogueurs, consultants… il y aura aussi une vraie sélection entre ceux qui vont accepter d’acheter des logiciels pour gagner du temps, de sous traiter une partie de l’activité… pour maintenir leurs parts de marché, et les autres qui vont voir leur trafic baisser irrémédiablement.

 

6 – 2018 va être une année décisive pour Twitter, une année de transformation pour Linkedin, l’année de la maturité pour Facebook, et une année de transition pour Google… Soyez prêts pour exploiter ces plateformes.

 

Il faut être pragmatique : Twitter ne séduit pas le grand public, peu de personnes regardent vraiment les news publiées, et les influenceurs ne s’en servent que comme un “haut parleur” pour diffuser de l’information. Twitter est donc une plateforme qui reste certes majeure, mais dont l’avenir s’assombrit. Il faut donc important de commencer à préparer une visibilité alternative.

 

Linkedin est en train d’essayer de devenir le “Facebook des Pros”, c’est devenu LA plateforme indispensable en B2B. Cependant le SPAM et le Growth Hacking sans déontologie font de Linkedin un second Twitter. Vous devez donc absolument apprendre à maîtriser cet outil en profitant des failles du système.

 

Facebook ne séduit plus les jeunes, mais c’est une plateforme très mature, qui a offre des outils marketing indispensables (Facebook Ads, Live, Groupes…). Il est indispensable de s’y pencher, même si on regrettera que la quasi obligation de payer pour avoir un minimum de visibilité.

 

Même si Google reste N°1, le SEO & Adwords sont en déclins. Les gens passent moins de temps sur les plateformes de Google, et forcément le trafic s’en ressent. Avant d’acheter un produit, les clients demandent des informations sur Facebook, ils regardent les avis sur Amazon… Si votre stratégie est “Google First”, et en particulier Adwords & SEO, il va falloir commencer à diversifier vos canaux d’acquisition, même s’il n’y a pas encore d’urgence… Peut être que l’avenir viendra des enceintes connectées et de la voix, comme avec Google Home, mais pour l’instant la technologie reste un vrai gadget très peu utile…

 

En conclusion…

 

Sur le web il n’y a pas qu’une manière de réussir, mais des centaines selon vos capacités, les opportunités…

Pour réussir l’année 2018, il n’y a pas non plus de recette miracle : gardez vos yeux grands ouverts, testez et anticipez !

 

#7 Rudy Viard : Inbound marketing, Lead generation, Marketing automation et Social selling Pour 2018

 

 

rudy-viard

Rudy Viard est auteur et consultant sur Webmarketing Conseil (243 000 visiteurs par mois). Il accompagne les entreprises en B2B (services, prestataires, agences, consultants, coachs et formateurs) dans leur stratégie de création de trafic, de génération de prospects et d’attraction de clients.

 

 

Pour le suivre:  Twitter

 

Sa réponse:

 

Parmi les tendances que je vois apparaître ou s’affirmer en 2018 :

 

– Le trafic organique des publications sur les réseaux sociaux continuera à réduire comme peau de chagrin

 

– Après Facebook, les algorithmes régissent désormais l’ensemble des fils d’actualités (Instagram, Twitter, Linkedin, Youtube, Snapchat…) pénalisant directement les entreprises en B2B dont les publications ont plus de difficultés à générer les mêmes émotions qu’en B2C.

 

– Le marketing de contenus et l’Inbound marketing qui n’ont cessé de prendre de l’importance vont devenir plus concurrentiels

 

– La bataille pour les 1ères positions sur Google va nécessiter des contenus plus longs, riches et structurés

 

– La bataille de la publicité va également nécessiter plus de ressources alors que les nouveaux entrants (malins) pouvaient accéder à un trafic bon marché grâce à Facebook Ads et Google Adwords

 

– Nous allons continuer à observer un renchérissement du coût par clic et une moindre performance des stratégies classiques d’acquisition

 

– Les acteurs les plus innovants et capables de générer le plus de valeur sur Internet capteront à nouveau le plus d’audience (car capables d’investir pour un ROI)

 

– Malgré tout, la difficulté croissante à attirer l’attention des dirigeants par les techniques de prospection classique et la montée en puissance d’Internet comme facteur de décision va pousser toujours plus d’entreprises à adopter des stratégies mêlant Inbound marketing, Lead generation, Marketing automation et Social selling

 

 

#8  Thomas Cubel : Le monde du SEO est en train de changer… maintenant il faut augmenter le nombre de plateformes sur lesquelles on choisit d’être positionnés.

 

 

thomas-cubelThomas Cubel est Consultant SEO et Entrepreneur, il accompagne les entreprises dans leurs stratégies SEO et marketing tout en maximisant la bonne utilisation des leviers à disposition. Sa philosophie : remettre au centre l’humain et partager.

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

Le monde du SEO est en train de changer. On a toujours été plus ou moins obligé de s’adapter aux moteurs (à Google surtout), mais maintenant il faut augmenter le nombre de plateformes sur lesquelles on choisit d’être positionnés. Avant, Google détenait énormément d’utilisateurs et il n’y avait pas vraiment de « serious player » en face. Maintenant, quand on a besoin de livres ou d’acheter un truc, on va sur Amazon. Quand on veut louer une maison ou un appartement pour les vacances, on pense à AirBnb, et ainsi de suite.

 

La bonne question à se poser pour chaque projet (donc site, positionnement, thématique, business model différents), c’est « Quelle est la part de Google, des résultats naturels, par rapport à d’autres plateformes et leviers ? ». En clair, « Comment se passe le SEO sur ces plateformes-là et est-ce que ça vaut le coup d’y aller ? »,  « Comment on fait pour avoir de la visibilité avec des sites internet et des applications autre que Google pour ses clients ? ». Tracer l’aventure du client dans sa tête et ses brainstorming est essentiel.

 

Le switch pour le SEO : il faut inonder les lieux de nos clients pour être visible, faire le job pour adhérer de manière native à chaque lieu, quitte à apprendre de nouvelles choses ou à faire appel à d’autres professionnels spécialisé en SEO Amazon, en marketplace, en relation publique, etc.

 

En ce qui concerne le monde du Marketing Digital, je pense que les pros vont être sacrément perturbés par les dispositions de la CNIL à partir de Mai 2018 (RGPD & co). La façon dont on utilise les mails, les données personnelles, etc… Peut réellement changer notre manière de faire et faire poser beaucoup de questions aux professionnels du marketing en ligne. Cela dit, je pense que le développement du machine learning, du traitement des données par des outils beaucoup plus simples qu’avant, les chatbots et surtout la vidéo, vont encore montrer des choses intéressantes, tout comme la réalité virtuelle. A la manière d’un commerce pignon sur rue, comme d’habitude avec moi, il faut faire le job dès le premier jour.

 

 

#9 Stéphane Jambu : Pour 2018, je vois la recherche vocale s’imposer progressivement, une concurrence accrue sur la première page de Google et la confirmation de la nécessité d’adopter l’Inbound Marketing. 

 

 

Stephane Jambu

Stéphane Jambu est ingénieur, e-commerçant depuis 2009 et expert SEO spécialisé en cocons sémantiques et Neuroergonomie.

Il a récemment obtenu la certification de Laurent Bourrelly, le SEO fondateur des cocons sémantiques.

 

Pour le suivre: Twitter / Facebook

 

Sa réponse:

 

Dans le SEO, il faut s’attendre à certains bouleversements, à commencer par l’adoption de devices pilotés par la voix (les enceintes Amazon HomePod, Google Home, Amazon Echo, Essential Home, etc.) par le plus grand nombre. La recherche vocale, déjà largement adoptée par les mobinautes, va profiter d’un boost important. Il est temps de s’adapter et de poser des jalons dans des domaines encore peu connus : comment apparaître dans ces nouveaux espaces de recherche et comment y rentabiliser ses actions ? Tout reste à faire, mais il ne faut pas traîner.

 

On peut aussi s’attendre à une baisse du nombre de réponses à une requête sur la première page de Google. Le doublement récent de l’espace dévolu à la meta description ou son équivalent augmente mécaniquement la hauteur des pages, qui sont moins facilement utilisables sur mobile. Hors, l’index mobile est en cours de déploiement au niveau mondial sur Desktop. On voit où cela peut nous mener : 8 résultats par page au lieu de 10. Ce phénomène ne peut qu’augmenter la férocité de la concurrence, puisque tout le monde veut apparaître sur cette fameuse première page.

 

Concernant le Marketing, l’entrée en vigueur en mai 2018 de la nouvelle loi sur la protection des données (RGPD) peut avoir un impact majeur sur les pratiques d’Outbound (mailing, SMS, etc.). 

 

Une fois de plus l’Inbound Marketing (qui consiste à faire venir les leads à soi) s’impose comme la voie à suivre pour optimiser son Retour Sur Investissement : une étude mondiale à démontrée que l’Inbound coûtait 61% moins cher que l’Outbound, pour 52% de Leads en plus. 

 

Quel entrepreneur peut se permettre de passer à côté de tels gains ?

 

Cela peut sembler abstrait pour des « petits annonceurs » (exemple : des e-commerçants ayant un CA de moins de 500 000 €, dont j’ai aussi fait partie), mais la mise en place concrète d’actions d’Outbound peut se faire de manière simple et à coûts limités. Il s’agit avant tout d’appliquer une pratique à la base de l’esprit de l’internet tel qu’il a été conçu à l’origine : le partage. « Donner pour recevoir ». Il faut arrêter de n’être là QUE pour vendre et poser les bases d’une relation de confiance avec ses prospects. Il s’agit d’obtenir un petit oui (« Ok, je télécharge ton e-book gratuit ») pour avoir un grand oui (« j’achèterai plus tard tes produits, quand tu me feras une offre par un email consenti »).

 

#10 Andrea Bensaid : En 2018, La Recherche Vocale va Etre un Renouveau et un Boost pour le SEO

 

 

andrea-bensaidAndrea Bensaid est directeur de  l’agence Eskimoz. Il est également Consultant en référencement naturel et social sur Paris. Andrea Bensaid accompagne  les entreprises de toutes tailles dans leur stratégie de visibilité sur le web.

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse   :

 

Il semble que la recherche vocale soit de plus en plus au coeur des préoccupations. On peut imaginer une mise en avant encore plus avancé qu’avec la mise à jour Hummingbird des requêtes conversationnelles type question.

 

L’affichage des résultats de recherche va surement évoluer dans ce sens, on peut déjà voir sur certaines requêtes un bloc apparaitre avec les différentes questions liées à celles-ci. La position 0 a un peu été le démarrage du traitement spécifique d’une requête pour y afficher une réponse pertinente et immédiate.

 

Le contenu est donc toujours la clé et le sera encore plus en 2018. Savoir traiter le champs sémantique d’une requête et savoir interpréter quelles sont les envies qui se cachent derrières seront les clés. La recherche vocale va donc être un renouveau et un boost pour le SEO car les utilisateurs recherchent une réactivité que seul le SEO pourra fournir. 

 

Le SEO a donc de beaux jours devant lui, ceux qui pensent l’inverse sont surement trop pessimistes 🙂

 

 

 

#11  Alexandre SANTONI : « Comment Améliorer mon Business Web et en Profiter pour Cartonner en SEO ? » plutôt que « CommentCartonner en SEO pour Améliorer mon Business Web »

 

 

alexandre-santoniAlexandre SANTONI est le gérant-fondateur de KEEG depuis 2007. KEEG propose des actions de référencement et de visibilité à ses clients. Il est aussi gérant de CRYSTAL depuis 2013, société e-commerce. En plus de ces activités, il intervient régulièrement sur des conférences SEO nationales et dispense des cours à l’université.

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

J’adore ces questions, j’aime y répondre et je sais que les gens adorent lire les sujets sur l’avenir. Mais je ne vais pas faire de prédictions au sens littéral du terme. Ma position de SEO professionnel, expert j’espère, me pousse à m’appuyer sur des éléments rationnels, annoncés ou annonciateurs de 2018.

 

Et finalement, le point commun que je trouve pour 2018 est la suite logique de ce qui se passe depuis 2 ans, à savoir la nécessaire volonté affirmée de Google de continuer à améliorer le web. L’ambition et le positionnement que nous allons devoir avoir en cette nouvelle-future année 2018 doit évoluer et se retourner. Je pense que la démarche de réflexion sur 2018 est celle-ci : « Comment améliorer mon business web et en profiter pour cartonner en SEO ? » plutôt que « Comment cartonner en SEO pour améliorer mon business web ? ».

 

Dans les sphères traditionnelles (en dehors des astuces et raccourcis qui existeront toujours), l’objectif est de poursuivre la recherche de l’excellence pour son site web, en voici quelques exemples simples : 

 

– Comment améliorer l’expérience mobile ? 

– Comment conserver le visiteur dans mon réseau de communication ?

– Comment répondre plus précisément aux besoins des Internautes ? 

– Comment augmenter la popularité de ma marque ?

 

Et c’est à partir de ces questions à la fois particulièrement traditionnelles et travaillant sur les aspects technologiques modernes (mobile, recherches vocales, sécurisation, influence, …) que la brique SEO viendra complètement s’insérer. Bien entendu, je profite pour expliciter qu’il y aura toujours et même plus que jamais des actions pures SEO à mettre en place, et encore plus en 2018.

 

Si l’excellence est recherchée, le SEO n’en sera que plus sollicité. Mais à mes yeux, ces actions SEO auront une performance optimale que si les cerveaux des entreprises pensent avant tout amélioration, modernité et internaute. »

 

 

#12 Rémi Mondina : Les 4 Tendances Principales pour 2018 en SEO

 

 

Rémi mondinaAncien ingénieur en développement d’applications web, Rémi Mondina s’est rapidement passionné par l’aspect technique du SEO dans le but de développer des solutions web optimisées pour les moteurs de recherche.  Il a ainsi fondé Drujok.

 

Rémi a évolué la majeure partie de sa carrière en Chine, à Shanghai, où il a accompagné durant 7 années de nombreuses entreprises étrangères à effectuer leur transformation digitale. Depuis son retour en France, en 2015, il aide les entreprises françaises à générer du trafic qui convertit via des solutions digitales complètes et un accompagnement personnalisé.

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

En 2018, selon moi,  il y a clairement 4 points sur lesquels il va falloir faire des efforts et/ou bien se préparer:

 

1/ Les Vidéos (Youtube)

 

Pour ceux  qui, comme moi…, ont d’autres choses à faire que de produire des vidéos, il va vraiment falloir s’y mettre cette fois-ci si vous ne voulez pas être « à la ramasse ».

La proportion d’internautes cherchant directement sur Youtube et non pas sur Google continue de s’accroître considérablement donc je sais pertinemment que pour 2018 il va vraiment falloir créer et optimiser du contenu vidéo pour drainer plus de trafic et arrêter de procrastiner sur ce point là…

D’autant plus que plus de 50% des résultats de recherche Google contiennent au moins 1 vidéo; qui proviennent presque toutes de Youtube.

De plus en plus de vidéos sont également affichées dans les résultats de Google Image.

Conclusion, la clé en 2018 pour drainer beaucoup plus de trafic et (au passage) augmenter le temps moyen passé sur une page sera d’intégrer dès que vous en avez l’occasion une vidéo youtube à votre article de blog.

 

2/ La Recherche Vocale

 

Je ne pense pas que la recherche vocale soit LE POINT sur lequel il faut focaliser pour 2018, mais plutôt qu’il faut commencer à optimiser petit à petit ses contenus en ce sens. Il est beaucoup trop tôt pour focaliser tous ses efforts sur ça, c’est que le début, donc pas de panique.

 

Les points clés d’une optimisation pour la recherche vocale:

 

– Le contenu doit au préalable se classer sur la première page pour une recherche normale.

 

– Un contenu qui apparait dans les featured Snippet aura beaucoup plus de chance d’être utilisé par l’algorithme de recherche vocale de Google

 

– Insérer une question et une réponse dans le contenu, c’est exactement ça que l’algorithme va détecter.

 

3/ L’index Mobile First de Google 

 

Google est entrain de déployer petit à petit l’index Mobile First ce qui est logique puisque selon des études, environ 60% des recherches sont effectuées sur mobile.

 

Les points clés pour être prêt:

 

– Proposer un contenu aussi complet sur Mobile que sur Ordinateur. Ne pas ajouter de contenu caché par des menus extensibles ou autre s fonctionnalités Javascript qui cachent du contenu derrière un élément (bouton, menu etc…).

 

– Proposer un site Responsive très agréable visuellement et en termes de navigation. Pour vérifier si votre site est bien responsive, utilisez l’outil d’analyse Mobile-Friendly de Google : https://search.google.com/test/mobile-friendly cela vous permettra d’obtenir quelques recommandations si votre site n’est pas 100% mobile friendly.

 

4/ Rank Brain

 

D’après Google, Rank Brain est le 3ème critère le plus important impactant sur les résultats de recherche et cela ne va faire que s’accentuer en 2018.

 

Pour synthétiser… le Rank Brain est un système intelligent qui apprend au fil du temps des comportements des utilisateurs et qui a pour finalité d’aider Google à classifier les résultats de manière cohérente. Il se base sur les Taux de clics et le Temps passé sur une page.

 

Par exemple:

 

– Un utilisateur A fait une requête sur Google « comment référencer son site en 2018 » et clique sur le premier résultat, machinalement. Or, cela l’amène sur un pseudo article de blog bâclé, incomplet, sans aucune valeur ajoutée, alors l’utilisateur A va quitter le site après 10 secondes… Résultat? Google va prendre note… et si cela se reproduit avec pas mal d’internautes, ce fameux article classé 1er sur le mot clé en question va dégringoler dans les Serps.

 

– Admettons maintenant que le même utilisateur décide alors de cliquer sur le 5 ème résultat car le Titre et la Description l’attire plus et une fois sur l’article, celui-ci est tellement complet et agréable à lire qu’il y reste 3 ou 4 minutes… Résultat? Google va prendre note… et si cela se reproduit avec pas mal d’internautes, cet article va se voir propulsé à la première place des Serps.

 

C’est un raccourci mais cela résume bien les choses.

 

Conclusion, en 2018, l’expérience utilisateur sera encore plus importante qu’auparavant et le Taux de clic et temps passé sur une page seront deux critères à ne plus du tout prendre à la légère.

 

CONCLUSION:

 

Bien qu’en 2018 il va falloir se pencher sérieusement sur « La Recherche Vocale », « l’index Mobile First », « le Rank Brain » … n’oublions pas que ces algorithmes ne s’appliquent vraiment qu’aux résultats situés sur la 1ère page de Google, ce qui implique que vous devez d’abord classer votre contenu dans le TOP 10 !

 

Et que faut-il, pour classer une page dans le TOP 10?

 

Réponse : du contenu de qualité et des liens (de qualité) !

 

 

 

#13 Christophe BENOIT : Ses 4 Prédictions sur le Marketing Digital pour 2018

 

 

christophe-benoit

D’abord développeur web, Christophe BENOIT s’est intéressé au SEO à partir des années 2000. Éditeur de sites web, il a fondé en 2007 Tyseo, petite agence webmarketing sur Annecy. Depuis, son activité se partage entre édition de sites web et prestations en entreprises autour de la visibilité sur Internet.

 

Spécialisations : Référencement de sites web et mise en place de stratégie de visibilité. Génération de trafic : SEO et plus généralement SEM & Webmarketing (régies publicitaires Adwords, Facebook, Bing mais aussi génération et entretien de leads email ou web, optimisation des conversions, growth hacking…).

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

Pour 2018, voici ce que j’imagine :

 

1/  Avec l’IA qui pousse de plus en plus fort chez le moteur de recherche Google mais aussi dans les autres outils de la firme de Mountain View (Adwords ou encore Google Home), je préconise à tous mes clients un retour aux fondamentaux du marketing et à un redéploiement des budgets afin de ne pas se retrouver dans une impasse.

 

Les astuces SEO que ce soit sur l’architecture, le contenu ou les liens sont de moins en moins efficace et seul un travail de fond permet de générer des positions et une visibilité qui peut durer dans le temps. Ce n’est pas vraiment nouveau (la tendance est là depuis quelques années) mais je constate que pour être désormais très visible, l’effort à fournir est plus important qu’auparavant : des contraintes techniques toujours plus importantes, un contenu toujours plus dense et de qualité et des liens premium qui deviennent incontournables rendent le ROI difficile à valoriser.

 

Les petites entreprises qui basaient tous leurs efforts sur le SEARCH et le référencement naturel doivent aujourd’hui s’ouvrir à autre chose (pub, social, newsletter, relations presse, hors ligne). Cela prend encore plus de temps pour des résultats pas forcément meilleurs. Mais sur le fond, c’est beaucoup plus sain. On sait tous ce que ça fait que de mettre tous les oeufs dans le même panier… Certains s’acharnent et vont en faire l’amère expérience mais nos conseils ne peuvent pas être imposés aux clients.

 

2/  La publicité s’oriente de plus en plus vers une approche ROIste. Les outils le permettant sont faciles à mettre en place. Encore faut-il que le grand public l’accepte.

 

Les verrous sur le tracking utilisateur imposé par Apple cet automne a introduit un certain flottement et une moindre rentabilité. Malgré tout, et devant les performances moins glorieuses du SEO, la pub va se renforcer. Moins intrusive, plus sélective et aussi plus chère.

 

Comme me l’a dit cette année un client réaliste mais désabusé : « on veut des ventes tout de suite alors il faut payer la taxe Google ».

 

3/ La rapidité et la facilité d’utilisation sont toujours très très importants. Que ce soit d’un point de vue technique avec les technos comme AMP ou PWA ou d’un point de vue utilisateur (moins d’agression publicitaire, moins de popup ou de marketing intrusif, une ergonomie pensée pour simplifier la vie de l’utilisateur), il faut développer des outils fluides et intuitifs.

 

Ce n’est pas une nouveauté mais il faut désormais y aller franchement. L’internaute et le mobinaute (surtout le mobinaute) sont exigeants et la concurrence n’est qu’à 1 seul clic.

 

4/ L’ère de l’assistance poussée par les GAFA avec les interfaces vocales, les boitiers intelligents, les moteurs de réponses, les suggestions etc. changent les habitudes des consommateurs. Il faut se préparer à l’après moteur de recherche.

 

Il faut aussi se préparer à voir disparaître le lien direct entre le site ou l’appli et le consommateur final. Le web se plateformise et AMP, derrière sa promesse de rapidité, est aussi un pas vers une autre façon de consommer le contenu. Un peu comme les flux RSS (à l’époque). En perdant le lien avec le site émetteur, le consommateur profite d’une expérience homogénéisée et d’une rapidité très appréciable.

 

À partir de ce moment, pourquoi ne pas couper complètement les ponts avec le site émetteur et répondre directement à l’internaute via une synthèse vocale ? L’utilisateur final sera peut-être ravi mais qu’en pensera et comment le producteur de contenus rentabilisera-t-il ses efforts ?

 

 

# 14 Patrice Krysztofiak : L’apparition des PAA ( People Also Ask), dans les Pages de Résultats Appelle Inévitablement à Création de Contenu en Masse.

 

 

patricekrysztofiakDans le web depuis 1998, Patrice Krysztofiak est le fondateur de site pénalisé, son blog dédié au référencement naturel et au marketing digital. Il s’occupe du référencement naturel de sites internet de nombreuses TPE et PME françaises et internationales.

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

L’apparition des PAA ( People Also Ask), dans les pages de résultats appelle inévitablement à création de contenu en masse.

 

Nous allons donc probablement assister à l’apparition massive de « vrais-faux » sites de questions réponses thématisés, qui, en réalité ne seront que des sites satellites de marques…

 

 

#15 David Dragesco : Le SEO Sera et Aura Toujours une Place Prépondérante en 2018 Dans une Stratégie Digitale et Surtout de Visibilité en Ligne

 

 

david-dragescoDavid Dragesco, Aka NinjaLinker 34 ans, dans le SEO depuis plus de 12 ans, conférencier et spécialiste du NinjaLinking.

 

Auteur du blog http://www.ninjalinker.com j’accompagne dans mon quotidien des sociétés pour améliorer leur visibilité dans les moteurs de recherche, mais aussi à préserver ou nettoyer leur E-Reputation.

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

Mes prédictions pour le SEO en 2018, sont multiples. Je pense surtout à la recherche vocale qui pourraient largement progresser en Europe et surtout en France comme c’est déjà le cas aux USA. On va finir par tout simplement discuter avec notre cher moteur Google et il y aura forcément d’énormes impacts sur le SEO et les modes de recherches des internautes. Un virage crucial nous attend sur ce sujet !

 

Toujours aussi important, et ce sera dans la ligne directrice de Google pour 2018, le Mobile First et l’optimisation des sites pour les versions mobiles avec notamment la perte de vitesse du Desktop. Il faudra et c’est plus ou moins déjà le cas penser et optimiser d’abord les versions mobiles avant celles desktop.

 

Schema.org et les données structurées sont toujours plus nombreuses et le seront encore plus en 2018 sur les pages des résultats de Google. Ce sera un incontournables pour un meilleur référencement et une meilleure visibilité sur les SERP de Google ! Attention tout de même aux abus qu’il pourrait y avoir avec ces implémentations d’un nouveau genre !

 

L’intelligence artificielle dans le SEO prendra encore et encore davantage de place encore en 2018 et surtout dans la compréhension même des contenus pour leur classement dans les résultats de recherche. Des contenus toujours plus longs et sémantiquement enrichis. En ce sens travailler sur des clusters thématiques précis et identifiés, intégrant toute la sémantique d’un domaine d’activité son univers sera crucial pour sortir son épingle du jeu et apparaitre en bonne position sur le SERP concurrentielles de demain.

 

Enfin, je pense que 2018 sera certainement une année charnière pour l’ASO (App Store Optimization) mais aussi l’APP Indexing et Marketing afin d’apparaitre en top position de toutes les Marketplaces dédiées aux applications. Cela va devenir un enjeu crucial avec l’avènement et l’accroissement du nombre d’applications qui voient le jour. Il y aura un gros marché et une demande récurrente pour cette activité SEO nouvelle génération.

 

Pour résumer, le SEO sera et aura toujours une place prépondérante en 2018 dans une stratégie digitale et surtout de visibilité en ligne. Il exigera comme chaque nouvelle année encore plus de minutie et de savoir faire technique. Des actions chirurgicales sur l’agencement du contenu et le maillage interne des pages pourront permettre à certains sites à niveau égaux de tirer leur épingle du jeu. A noter, et j’en suis persuadé que le netlinking aura toujours autant d’importance car depuis toujours au cœur de l’algorithme de Google ! Du coup la chasse au PBN (Private Blog Network) sera peut-être dans le viseur de Google en 2018, avec de grosse sanctions, même si personnellement je ne le souhaite pour rien au monde ! 😉

 

 

#16 Patrice Decoeur : Pour Prendre de l’Avance et Toucher Plus de Clients, Pensez « Recherche Vocale »

 

 

patrice-decoeur

Consultant SEO & stratégie web, Patrice Decoeur accompagne les PME et indépendants pour accroître le retour qu’ils obtiennent de leur site web. Il intervient principalement en acquisition de trafic qualifié (référencement naturel, Google Adwords, Facebook Ads) et en conseils pour amener le client à réaliser l’action souhaitée (inscription, demande de devis, achat …). Sa mission est de faire de votre site un commercial à part entière.

 

Pour le suivre : Linkedin / Facebook

 

 

Sa réponse:

 

Vous utilisez de plus en plus fréquemment votre smartphone pour surfer sur internet. C’est aussi mon cas. Par contre, il faut l’avouer, c’est compliqué de taper sa recherche sur un écran de téléphone que sur le bon vieux clavier d’un ordinateur de bureau.

 

Mais aujourd’hui, on peut réaliser une recherche vocale. C’est à dire qu’il vous suffit de dire oralement ce que vous voulez savoir pour que Google vous retourne ses résultats. Et franchement, cela change tout. C’est bien plus facile et rapide de « dire » ce que l’on veut que de l’écrire sur son mobile.

 

Une étude de Google nous annonce que 20% des recherches réalisées sur mobile sont faites oralement. Et cela ne fera que monter les mois et années à venir.

 

Comment optimiser votre site pour la recherche vocale ?

 

Ne pensez pas en termes de recherche mais en termes de « Question humaine ».

 

– Un client entre dans votre magasin. Comment vous demande-t-il ce qu’il souhaite ?

– Un homme discute avec son épouse de leur prochaine voiture. Que souhaite-il comme auto ?

– Une dame a un mal de dos récurrent. Elle appelle une massothérapeute. Comment lui décrit-elle son problème ?

 

Demandez-vous comment un client potentiel pourrait rechercher oralement. Comment parle-t-il dans la vie réelle ?

 

Différents outils vous permettent de découvrir des mots-clés de longue traîne. Ces expressions correspondent à notre langage naturel. Actuellement, Answer the Public est certainement l’outil gratuit la plus complet. Pour un mot-clé donné, il propose des questions que se posent vos clients.

 

Je viens de faire l’exercice pour vous. Je me suis rendu sur Answer the Public et ai recherché « manteau hiver ». Voici ce qu’il en ressort.

 

 

recherche vocale

 

 

J’appréciais déjà utiliser l’outil pour générer des idées d’articles. Mais là, avec la recherche vocale, il est un réel atout. Vous y trouvez d’excellentes idées sur les questions que ce posent vos clients.

 

Si vous voulez prendre de l’avance sur vos concurrents, c’est maintenant à vous de jouer !

 

Vous voulez vous pencher sur la recherche vocale et optimiser votre site pour en profiter avant vos concurrents ? Cet article vous décrit plus en détail que faire : http://www.decoeur.be/recherche-vocale/

 

 

#17 Selma Païva : La Conversation et la Relation vont Reprendre Leurs Places dans les Relations Commerciales et Redorer le Blason du Marketing Digital.

 

 

selmapaivamarketingSelma Païva est l’auteur du livre : « Internet est une table pour deux, le marketing autrement ». Elle accompagne les entrepreneurs enthousiastes au niveau de leur content marketing. Pour capitaliser sur ce qu’ils ont déjà fait. Se démarquer d’avantage. Mieux cibler leurs clients. Et fluidifier leurs ventes! Retrouvez-la sur Selmapaiva.com

 

Pour la suivre: Facebook

 

Sa réponse:

 

Alors le SEO j’avoue, je n’y connais pas grand-chose !

 

Concernant le marketing digital, nous entrons dans une nouvelle ère du web.

 

Il déborde de contenu aujourd’hui : en 2018, les secteurs sans concurrence, c’est fini !

 

Voilà ce qui a de fortes chances de se passer :

 

1. L’entrepreneur, l’équipe qui fait du bon boulot va se faire copier, promis. Articles, sujets, traités, idées…plus on est visible, plus on est « inspirant-e ». La rançon de la gloire, j’ai testé pour vous ^^

 

2. Vous aurez plus de concurrence. Et même des concurrents qui lisent ce que vous publiez, s’inscrivent à votre newsletter, s’inspirent de ce que vous faites et s’installent comme des petits clones de votre activité. Comme si de rien n’était.

 

3. Paradoxalement, vous allez avoir moins de concurrence aussi. Pourquoi ?

 

Parce que la cacophonie générale sur le web relève la barre.

 

Communiquer ne peut plus rimer avec publier au kilomètre.

 

Vendre ne peut plus rimer avec interrompre, importuner.

 

Nous le savons, au fond, parce que nous sommes tous les clients de quelqu’un d’autre. Que nous essayons tous de préserver notre énergie, de remettre l’humain au cœur de nos interactions…bref : nous voulons acheter ce qui vaut la peine d’être acheté, vendre ce qui vaut la peine d’être vendu, et consommer le contenu qui vaut la peine d’être consommé.

 

Comme je l’explique dans Internet est une table pour deux, La conversation et la relation vont reprendre leurs places dans les relations commerciales et redorer le blason du marketing digital.

 

Alors si vous publiez votre contenu de manière stratégique (un contenu basé sur qui vous êtes, qui sont vos clients et qui vous les aidez à devenir), vous vous éloignez des recettes, du jargon, des buzz words, et des templates. Vous vous démarquez du troupeau.

 

Le marketing digital a de beaux jours devant lui !

 

 

#18 David Groult :  Pour 2018, les Comportements d’Internautes (CTR, Temps passés sur le Site…), le Mobile et le Vocal vont Prendre Encore Plus de Places. 

 

 

David-groultInitialement spécialisé sur l’adwords David Groult a élargi en 2014 sa palette e-marketing en aiguisant ses connaissances SEO. Actuellement Consultant SEO & SEA au sein d’une agence de Search Marketing à Lille appelée Open Linking, il profite de cette double casquette pour mettre en place des synergies SEO/SEA et faire grimper la visibilité de ses clients dans Google.

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

Alors que 2017 a surtout été marqué par le HTTPS, les PBN (Private Blog Networks) et l’arrivée des featured snippets (position 0), je pense que pour 2018, les comportements d’internautes (CTR, temps passés sur le site…), le mobile et le vocal vont prendre encore plus de places. 

 

1) Référencement Vocal

 

La position 0 est la première brique de l’avènement du référencement vocal. On va donc continuer en 2018 à entendre beaucoup parler de position 0, de QA (Quick Answers), de PAA (People Also Ask)…

 

On en sait finalement encore assez peu sur les conditions réelles d’obtention de cette fameuse position 0. Il s’agit pour l’heure de faire beaucoup de tests, de tâtonner pour trouver la recette miracle qui offrira LA position privilégiée sur desktop, sur mobile…mais aussi désormais sur Google Home.

 

2) Index Mobile First

 

Autre avancée majeur en référencement naturel, l’annonce récente par Gary Illyes du lancement officiel de l’Index Mobile First. 

 

L’algorithme SEO de Google connait et va encore plus connaitre, un virage à 180° en priorisant désormais les versions mobiles des pages web.

 

Il va être nécessaire pour tous les référenceurs de bien se préparer à ce changement fondamental de l’algorithme de Google. Il était jusque là important d’avoir une version optimisée mobile. 

Elle est désormais NECESSAIRE. Pire encore, il va falloir si ce n’est pas déjà fait, de penser sa stratégie de référencement sur mobile pour ensuite la décliner sur desktop. 

 

3) Les comportements d’internautes

 

On le sait déjà sans pour autant, mesurer avec exactitude son implication dans l’algorithme de ranking, les comportements de recherche des internautes jouent d’années en années, un rôle de plus en plus important dans le positionnement des sites. 

 

Google effectue souvent des « tests » de positions pour évaluer l’impact et l’intérêt suscité par un site auprès des internautes. La notion de CTR dans les SERP est donc un élément important à prendre en compte en 2018 pour améliorer sa visibilité organique sur Google. 

 

On l’a encore vu très récemment avec le changement de format de la méta description qui est passée de 160 à 330 caractères environ. L’approche marketing va avoir une place encore plus importante pour inciter les internautes à cliquer sur leurs résultats sans donner trop d’informations directement. 

 

L’étude menée très récemment par l’agence Open Linking, donne des clés pour se positionner au niveau des CTR. Disposez-vous de taux de clics inférieur à la moyenne constatée ou au contraire supérieur…l’étude permet de se jauger et de prioriser des actions de rédaction pour améliorer l’attractivité des snippets.

 

Pour autant, les autres « tendances » SEO de 2017 ne sont pas à jeter à la poubelle. Le HTTPS et plus particulièrement les PBN restent des leviers d’actions extrêmement puissants s’ils sont bien gérés et inscrits dans une stratégie globale SEO.

 

 

#19 Anthony Técher : Les deux Tendances à Surveiller : l’IA et la Recherche Vocale

 

 

Anthony Techer

Entrepreneur, chercheur, développeur et digital nomade, Anthony Técher a été pendant 10 ans à la tête d’une agence web et de SEO. Passionné par le référencement naturel depuis 2005, il est le fondateur de l’outil sémantique d’aide à la rédaction SEO www.seoquantum.com. Il partage également son expertise et astuces SEO à travers son blog. Depuis fin 2017, il a vendu son agence web/seo pour devenir web-entrepreneur et digital nomade.

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

Les deux tendances à surveiller : l’IA et la recherche vocale

 

Pour 2018, nous pouvons nous attendre à ce que la recherche vocale ainsi que les assistants virtuels prennent une part encore plus importante dans nos vies. Selon une étude ComScore, en 2020, 50% de toutes les recherches seront vocales.

 

Les assistants virtuels tel quel Google Assistant, Cortana ou encore Siri existent depuis des années, leur précision s’est grandement améliorée, à mesure que le traitement du langage naturel se perfectionne, au point que la recherche ressemble de plus en plus à une conversation naturelle et intuitive. Pour preuve, Google a présenté le 30 décembre 2017 Tacotron 2, son nouveau moteur de synthèse vocale qui est impressionnant, l’objectif est d’humaniser la machine pour une adoption généralisée de cette technologie.

 

Ajoutez à cela la démocratisation des appareils à installer chez soi comme Google Home, Amazon Echo qui utilise un système proche des assistants, vous comprenez qu’il est crucial d’optimiser la recherche vocale si vous voulez rester compétitif.

 

La montée en puissance de la recherche vocale et de l’apprentissage automatique peut offrir un terrain idéal pour développer l’intelligence artificielle de Google (via les requêtes de longue traine par exemple) et récompenser les stratégies SEO qui suivent ces tendances.

 

Je pense également que RankBrain de Google modifiera le paysage du référencement naturel à la fois sur les SERP mais aussi dans notre façon de travailler le SEO. RankBrain peut sembler intimidant pour certains consultants SEO, mais de nouvelles formations vont voir le jour comme celle de Rémi BACHA et des frères PEYRONNET.

 

2018 semble être une année charnière pour le SEO. Les techniques de bases resteront efficaces, mais un certain nombre d’indicateurs montrent que des tendances pourront modifier nos pratiques d’optimisation SEO.

 

 

#20 Adrien Russo : En Termes de SEO Pur et Dur, les Principaux Changements se Font Sentir Dû à l’Intelligence Artificielle, au Machine et Deep Learning.

 

 

adrien russo digital managerAdrien Russo est le plus jeune conférencier SEO de France, depuis sa première conférence, à 16 ans. Il est agréé par le SEO Camp (QASEO). Il s’intéresse à l’Internet à 8 ans, crée ses premiers sites à 12 ans. Il a fondé Puissance SPACE et gère plusieurs clients dans ses prestations de référencement naturel. Aujourd’hui, il se spécialise dans l’acquisition en ligne et la digitalisation des entreprises.

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

Dans le secteur de la communication digitale, un domaine d’activité qui progresse à une vitesse hallucinatoire, une année n’est pas l’autre. De nouveaux outils arrivent sur le marché, de nouvelles méthodes, de nouvelles manières de travailler. L’utilisateur ne réagit pas de la même manière devant une recherche Google, devant une publicité Facebook ou encore devant un site e-commerce aujourd’hui qu’il y a 3 ans.

 

En termes de SEO pur et dur, les principaux changements se font sentir dû à l’intelligence artificielle, au machine et deep learning. Ce n’est plus une prédiction, comme ça l’avait été avant, c’est devenu un fait. En effet, l’IA est belle et bien présente dans les algorithmes de Google et elle se développe à l’intérieur de ceux-ci tel un bodybuilder dopé. Il est donc non négligeable pour les référenceurs, aujourd’hui, de prendre en considération ces changements dans les algorithmes.

 

N’oublions pas que le SEO est une expertise qui nécessite d’être tenue constamment à jour, afin de moduler ses stratégies. Le travail ne change pas, il progresse. Il se complexifie.

 

 

#21 Thibault DE VERGNETTE : En 2018, Un Renforcement du Paid dans les Stratégies Digitales des Annonceurs & Un Développement des Stratégies Multi Canal Chez les Annonceurs

 

 

Thibault de VergnetteSpécialiste du marketing digital, Thibault DE VERGNETTE est Partner chez l’agence d’Inbound Marketing Alesiacom. Il donne aussi des conférences et des cours dans plusieurs universités.

 

Pour le suivre: Linkedin

 

Sa réponse:

 

J’observe plusieurs tendances pour 2018.

 

Un renforcement du paid dans les stratégies digitales des annonceurs

 

Je rencontre encore beaucoup trop d’entreprises notamment les grands comptes, cherchant à développer leur présence sur les réseaux sociaux sans utiliser le paid. On observe pourtant une diminution constante du reach organique sur ces mêmes réseaux sociaux. Aujourd’hui ces entreprises cherchent à développer leur audience grâce à un community management manuel « à l’ancienne ». Je vois donc venir une réallocation de certains budgets vers le paid.

 

De la même manière sur le SEO, cela fait plusieurs années que le CTR sur les liens organiques traditionnels diminue au profit des liens sponsorisés et des fameux « featured snippets » Google.

 

recherche google

 

 

Même si le SEO bénéficie d’une aura parfois presque irrationnelle, on peut penser que certains annonceurs vont là encore réallouer une partie de leur budget SEO vers le SEA. Google a en effet intérêt à pousser les annonceurs à se tourner vers les liens sponsorisés.

 

Un développement des stratégies multi canal chez les annonceurs

 

Nous faisons face à une profonde transformation du paysage digital. D’une part le marketing digital devient de plus en plus compétitif. D’autre part de nouveaux médias incontournables apparaissent (Youtube par exemple). Et enfin, les frontières traditionnelles entre le paid / owned / earned media deviennent de plus en plus floues. Prenons par exemple le cas d’une campagne d’influence marketing : est-ce du paid ? du earned ?

 

Cela incite les agences et les annonceurs tirer parti de l’ensemble de ces nouveaux leviers. D’autant que cette complexité permet aussi de développer des stratégies plus créatives et à plus forte rentabilité.

 

 

#22 Kevin Jourdan : Je Pense qu’en 2018, Google va Continuer à se « Simplifier ».

 

 

kevin-jourdanKevin Jourdan est  un web-entrepreneur et digital nomade.

 

Il est à la fois éditeur de sites de niche depuis 2012 et créateur de sites clés en main pour entrepreneurs / euses web

 

Depuis plusieurs années, il vit uniquement du fruit de ses différents projets en ligne tout en voyageant un peu partout en Europe et en Asie. Autant dire que quand il s’agit de créer un business rentable et durable sur internet, Kevin a plusieurs atouts.

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

Je pense qu’en 2018, Google va continuer à se « simplifier ».

 

Depuis plusieurs années, les éditeurs de sites ont la sensation que tout se complexifie, que Google devient de plus en plus difficile à « dompter ».

 

Je vois l’inverse. Google devenant de plus en plus « humain », il devient donc de plus en plus facile de comprendre ses attentes … en tant qu’humain !

 

Du contenu plus complet, riche sémantiquement (non pas en mots clés seuls, mais aussi en expressions utilisées par les lecteurs), des mises en pages plus user friendly (aujourd’hui la longueur des pages prime, mais cela omet la notion de facilité de lecture, je pense que la prochaine étape pour Google est donc de s’intéresser à l’expérience utilisateur sur la lecture d’un contenu), et poussé par des liens plus « humains » (= en provenance de sites très thématiques, ou à forte autorité, mais surtout des liens amenant des visiteurs, pas des liens « morts »).

 

Pour réussir son SEO en 2018, il faudra donc sûrement être encore plus humain qu’en 2017.

 

Et ça, c’est une excellente nouvelle pour les éditeurs et agences « humaines », non ? 🙂

 

 

#23 Laura Blanchard : L’UX et l’Hyper Concentration des Sites, L’Apogée du Mobile First et La Diversification des Sources de Trafic

 

laura-blanchard-khosiLaura Blanchard  est consultante Webmarketing au sein de l’agence KHOSI à Nantes. Elle accompagne ses clients dans la définition et la mise en place de leur stratégie d’acquisition web. Son crédo ? Challenger les projets pour aller plus loin !

 

Pour la suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

Voici nos 3 prédictions pour 2018 !

 

L’UX et l’hyper concentration des sites :

 

Une prime sera donnée aux sites les plus qualitatifs et offrant une expérience utilisateur exceptionnelle. Pourquoi ? Google veut être un moteur de réponse et doit donc se concentrer sur les contenus les plus qualitatifs, le moteur va également continuer de pousser ses assistants personnels comme Google Home et Google Allo et devra choisir des sources d’informations plus restreintes dans ses propositions. Enfin, les sites les plus touchés par des pénalités sont des sites qui n’ont pas créé de vraie marque avec une vraie expérience de marque.

 

L’apogée du mobile first :

 

Que ce soit via la recherche vocale qui explose que par le trafic mobile qui dépasse le desktop, les équipes marketing ne devront plus penser responsive mais mobile first. Même si c’est « l’année du mobile » depuis plusieurs années, nous continuerons à voir s’intensifier cette logique de pensée. Et cela va également dans le sens d’une expérience personnalisée avec des SERP de plus en plus différente d’un internaute à l’autre.

 

La diversification des sources de trafic :

 

Tant par la multiplication des possibilités d’acquisition que par la pression de plus en plus forte des géants de l’e-commerce, les éditeurs vont devoir redoubler d’effort pour obtenir un trafic qualifié et garantir un bon ROI de tous leurs leviers. Ainsi, c’est pour moi la diversification qui sauvera les plus petits afin d’éviter la dépendance mais également d’équilibrer leurs investissements.

 

 

#24 Yoann Uzan : Soyez Créatif, Dans Vos Supports, Vos Canaux, Vos Contenus et Vos Messages ! 

 

 

yoann-uzanYoann Uzan  est un spécialiste SEM passionné de référencement et d’écriture web. Ses services SEM sont variés : création de contenu web, community management, gestion de campagnes d’affiliations, création de site sous WP, optimisation SEO…

 

Également certifié Google Adwords et Google Shopping, Yoann crée et gérer des campagnes sur Google pour ses clients afin d’augmenter le trafic et les ventes !

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

Je pense que 2018 va marquer la fin du Marketing Digital. Retour au papier, aux campagnes d’affichage, aux flyers et autres publicités dans le bottin. Evidemment, je blague ! 😀 

 

Tout laisse à penser que le Marketing Digital va connaitre un nouveau tournant en 2018 avec l’utilisation d’outils de plus en plus perfectionnés dans la mesure de l’attribution (citons Mazeberry, Eulerian ou Tag Commander) ou l’étude de l’expérience utilisateur (Hotjar par exemple). 

 

Côté SEA, le Smart Bidding va prendre une place encore plus importante offrant ainsi de nouvelles perspectives aux marketers dans leurs actions du quotidien (A/B Testing plus fréquents, analyse de l’offre, étude de la concurrence, etc…). Le référencement naturel (SEO) va d’avantage se transformer en SXO (Search Experience Optimization) pour passer l’expérience utilisateur au premier plan. Fini alors de rechercher à atteindre une position juste pour du trafic, l’idée va être à présent de rechercher à garder au maximum le visiteur sur son site et d’améliorer les taux de transformation. Je pense que la recherche vocale devrait également s’affirmer en 2018 (« Ok Google »).

 

Enfin, je pense que 2018 va être une année marquée de plus en plus par la diversification des canaux et des objectifs : Brand Awareness, Acquisition, Fidélisation, Ré-engagement, etc… 

 

Si j’ai un conseil à vous donner pour 2018 : Soyez Créatif, dans vos supports, vos canaux, vos contenus et vos messages ! 

 

 

#25 Francois Bieber : Pour le Marketing Digital, Certains Signaux Permettent d’Affirmer que 2018 Sera une Année de Transformation.

 

 

François Bieber

Diplômé de l’Ecole Centrale Lyon en 1991, François Bieber débute sa carrière en tant que Consultant en Stratégie à l’ADEGE. Il crée le Groupe Kwanko en 2003 dont il est actuellement le Président. Il lance en 2004 la plate-forme NetAffiliation. François est également membre de la commission internationale de Croissance Plus.

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

Concernant mes « prédictions 2018 » pour le marketing digital, je pense qu’il y a certains signaux qui permettent d’affirmer que 2018 sera une année de transformation.

 

Tout d’abord, l’apogée du Pouvoir des GAFA. Dans le domaine du marketing digital, Google et Facebook cherchent en permanence à asseoir leur domination du marché de la publicité, quitte à avoir des pratiques de concurrence déloyale… En 2017, Google a été condamnée. Cela ne l’empêche pas de récidiver avec la mise en place d’un AdBlocker dans Chrome… AdBlocker qui bien évidemment ne filtrera pas les publicités de son créateur, mais celles des concurrents ! Vu sous cet angle, 2017 marquera soit l’Apogée de Google, soit le début de la remise en cause. Pour ma part, je pense que Google se fera contrer, peut-être trop lentement, mais l’Europe et le reste du monde ne pourront pas accepter une domination aussi destructrice de valeur.

 

Ensuite, la 2ème transformation est liée à la maturité des annonceurs. Avec l’analyse contributive, les annonceurs vont finir effectivement par mettre chaque diffusion face à la valeur ajoutée créée. Cela fera du mal à certains, mais ré-équilibrera les choses pour d’autres. Comme toujours, cela changera les équilibres : celui qui crée la meilleure valeur ajoutée y trouvera un réel avantage. Ceux dont la valeur ajoutée est moindre devront revoir leur Business Model.

 

Enfin, la 3ème transformation que l’on a vue émerger en 2017 et qui sera une tendance forte en 2018 est l’avènement du marketing digital B2B. Pendant longtemps frileuses, les entreprises B2B ont fini par intégrer le marketing digital dans leur stratégie marketing. Alors, bien sûr, il y a certains excès comme celui du Marketing automation, victime d’un usage trop intensif et parfois inapproprié. Mais la Valeur Ajoutée est là, les bonnes pratiques vont se mettre en place, et surtout, l’expérience montre que dans le digital, chaque nouveauté dispose d’une phase « d’état de grâce », pendant laquelle certains acteurs lui prêtent une valeur ajoutée bien plus grande que la réalité, mais le cycle de vie reprend ensuite ses droits pour revenir à un vrai équilibre de maturité entre la Valeur Ajoutée créée et le prix.

 

 

#26 Mathieu Chartier : Il me Semble Fondamental de Penser « Mobile First » pour 2018

 

 

mathieu-chartierMathieu chartier est un  archéologue reconverti dans le Web après un master professionnel web-éditorial. Il a  publié plusieurs livres sur le SEO et les réseaux sociaux. Passionné de webmarketing mais aussi de programmation, il est  depuis 2008-2009 consultant-formateur sur divers sujets du Web. Son site : www.internet-formation.fr

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

J’ai le grand défaut de ne pas être devin, mais en termes de SEO, il me semble fondamental de penser « Mobile First » pour 2018. Le déploiement continu de l’index mobile de Google va nécessairement changer la physionomie du référencement, non pas dans le fond, mais plutôt dans sa forme. En effet, le France reste un peu encore un peu en retrait en matière de mobile (je me base sur diverses études pour dire cela, ce n’est pas mon avis personnel), donc nous n’avons pas encore pris l’habitude de penser Mobile First. Nous avons déjà un peu tardé à être mobile friendly, alors là, c’est l’étape au-dessus… Désormais, il faudrait idéalement concevoir le site mobile en premier, optimisé au maximum à tous les niveaux (on-site et off-site), puis monter petit-à-petit vers la version pour ordinateur/tablette que nous avons encore l’habitude d’utiliser en majorité. Il convient donc devoir changer notre fusil d’épaule et de vraiment réfléchir en matière d’UX design optimisé SEO (on peut inventer le concept de UXSEO ? ^^).

 

Il s’agit d’un changement qui peut sembler mineur pour bon nombre de sites qui possèdent déjà des alternatives en responsive web design. De mon côté, je pense que c’est l’occasion de faire les choses bien, pour partir du bon pied dans cet index mobile, et de fait dans les SERP mobiles. Beaucoup trop de communicants pensent (ou espèrent) que faire du responsive est suffisant. Je ne fais pas partie de ceux-là, je reste persuadé qu’il faut vraiment optimiser la vitesse de chargement sur les mobiles, mieux penser nos sites web (pourquoi s’entêter à mettre le menu en haut par exemple ? Cela empêche la navigation à une main, etc.) et arrêter de croire que nos sites sont optimisés quand on ne se donne pas vraiment les moyens de le faire. J’insiste d’ailleurs sur le fait que ces améliorations ne bénéficieraient pas qu’au SEO, mais aussi au sentiment d’efficience et de satisfaction lors de la navigation, ou encore à l’augmentation corrélée du taux de conversion, etc.

 

Pour le reste, j’avoue avoir moins d’idées de changements majeurs pour 2018, j’ai juste l’impression que les cryptomonnaies vont prendre encore plus de place sur le marché, et que l’IA va encore progresser et ouvrir de nouvelles voies pour l’avenir.

 

 

#27 Maximilien Labadie :  Index Mobile First, AMP, Recherche Vocale, Rich Snippets

 

 

maximilien-labadieInstallé à Bangkok en Thaïlande, Maximilien Labadie est un éditeur de sites, blogueur sur webandseo.fr et formateur en création de sites de niche.

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse :

 

 

Comme on a pu le voir tout au long de l’année 2017, Google a donné de plus en plus de valeur à la vitesse de chargement, au comportement de l’utilisateur, au responsive et à la sécurité (HTTPS). 2018 s’inscrira dans la continuité de ces évolutions de manière plus marquée.

 

Le projet Index Mobile First de Google va forcément privilégier tous les sites adaptés mobile et les autres seront très certainement absents de ce nouvel index mobile. Etant une initiative de Google, la technologie AMP (Accelerated Mobile Pages) va continuer de se développer et va très certainement devenir la norme pour la majorité des sites.

 

Avec le développement progressif de la recherche vocale, Google apporte de plus en plus d’importance aux résultats de recherche sous forme de questions-réponses, d’où la nécessité de connaître les interrogations de ses lecteurs/prospects et d’y répondre de la manière la plus complète possible.

 

Enfin, dans une optique de rétention de ses visiteurs, Google cherche à répondre directement aux questions et aux besoins des internautes. Pour cela, il exploite essentiellement les contenus des sites qu’il juge pertinent et qui utilisent les extraits enrichis (rich snippets). Cela peut se traduire par moins de trafic pour bon nombre de sites, sauf ceux qui exploitent bien ces opportunités.

 

 

#28 Benjamin Thiers de Digimood : La SERP Sera au Cœur de Toutes les Attentions et des Problématiques de Visibilité.

 

 

benjamin-thiersResponsable Content Marketing Digimood et Co-Auteur de Ce que Google Veut (Studyrama Pro). Benjamin Thiers travaille dans le référencement naturel depuis 2003 et occupe depuis 2016 le poste de Responsable Content Marketing, orienté SEO, au sein de l’agence Digimood.

 

Il a publié en 2014 un premier livre sur le marketing digital, « Digitalisez votre Marque », et a co-écrit en 2016 « Ce que Google Veut » avec Julien Ringard. Il enseigne aussi le digital et le SEO à Kedge Business School et à l’Université d’Aix Marseille.

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

Concernant le SEO, je pense que la SERP (Search Engine Results Page) sera au cœur de toutes les attentions et des problématiques de visibilité. Ce n’est pas un phénomène nouveau, mais les évolutions s’accélèrent et vont souvent dans le même sens. 

 

Rappelons-nous : début 2016, le grand remaniement dans l’affichage des publicités Adwords a imposé quatre encarts avant les résultats naturels, faisant parfois descendre le premier résultats naturel sous la ligne de flottaison selon la résolution. Puis la position zéro s’est généralisée en 2017, apportant une visibilité supplémentaire à qui l’obtient, mais repoussant d’autant les autres résultats naturels.

 

Début décembre 2017, Google a officiellement annoncé qu’il allait allonger fortement la longueur des extraits affichés dans les SERP. Cette annonce s’accompagne d’évolutions concrètes et mesurables : selon RankRanger, les balises meta description affichées sur Google sont passées d’environ 160 caractères  à près de 230 caractères en moyenne depuis début décembre.

 

Ajoutons à cela des présentations personnalisées selon les requêtes, plus particulièrement sur mobile, des premières pages qui affichent souvent moins de 10 résultats, et nous obtiendrons la remise en question qui va titiller un grand nombre de professionnels : comment vendre – et valoriser – une visibilité sur Google quand le TOP 10 ne veut plus (toujours) dire grand-chose ?

 

 

#29 Sylvain Delaporte: Un Site Propre et Bien Construit, Mobile First, Netlinking & Compréhension par les Bots, Contenu et UX

 

 

Sylvain-delaporteConsultant SEO depuis 3 ans, Sylvain a travaillé sur des grands comptes du E-commerce avec des problématiques et thématiques très différentes. Ancien gérant de société et diplômé d’un master MONE (webmarketing et Management), il comprend les objectifs ROIstes de ses clients. Il propose des solutions efficaces à moyen, long terme et s’adapte aux contraintes des équipes internes et/ou externes. Actuellement consultant seo chez Korleon’Biz.

 

Pour le suivre: Twitter

 

Sa réponse:

 

Pour 2018, au vue des récentes communications de Google et de constat sur les KPIs de nos clients la légitimité d’un site à se positionner dans les résultats de recherche dépend d’un nombre de facteurs croissants.

 

Netlinking et compréhension

 

Si le lien reste le 1er facteur aujourd’hui dans le positionnement, améliorer et optimiser la compréhension des sites aux bots des moteurs de recherche est un également un enjeux majeur.

 

Toujours plus de contenu ?

 

Par exemple, nous sommes globalement d’accord qu’il faut répondre le plus exhaustivement possible aux questions des internautes pour se légitimer sur un sujet. Cela est au cœur des stratégies du seo et du web marketing plus globalement. On constate d’ailleurs une tendance à la créations de pages toujours plus importantes au risque d’une redondance dans le propos induisant une perte de qualité ainsi qu’ un mauvais traitement du bot ayant de plus en plus tendance à optimiser ses ressources de crawl.

 

Un site propre et bien construit

 

De façon plus globale, proposer un site propre, analyser les logs serveur pour mieux comprendre le parcourt des bots, proposer des contenus toujours plus riches et limiter les profondeurs de page reste au cœur des besoins.

 

Le mobile

 

Également, la communication récente sur la mise en place progressive de l’index mobile First oblige les éditeurs à toujours plus de vigilance dans les technologies utilisées et donc à se mettre à jour si ça n’est pas déjà le cas sur la version mobile de leur site.

 

Un marché, une stratégie

 

Adapter sa stratégie en fonction du marché sur lequel on se trouve parait indispensable. Aussi l’observation de la SERP et donc des concurrents restent les meilleurs indicateurs pour comprendre les choix des moteurs dans les résultats proposés pour une requête.

 

Qualité et UX ?

 

Enfin, l’accent sera porté sur la qualité des contenus et des données liés à l ‘expérience utilisateur, il sera donc important de soigner les pages tant sur la forme que sur le fond.

 

 

#30 Valérie Bernard ex. Demyttenaere 5 Prédictions pour l’Année 2018, en Matière de Marketing Digital et Plus Précisément de SEO.

 

 

Valérie Bernard ex. Demyttenaere-min

Diplômée de l’ESG Paris, son parcours est atypique et riche d’expériences variées, dont l’expérience entrepreneuriale et le blogging professionnel depuis 2008. Férue de nouvelles technologies, créative dans l’âme et passionnée par la relation client, elle ne pouvait que s’épanouir pleinement dans le marketing digital, un univers dans lequel maturité et compétences pluridisciplinaires sont de vrais atouts

Aujourd’hui elle est experte en stratégie digitale, web designer/développer rompue au SEO, et spécialiste des médias sociaux. Via son agence Gimme Social Web, elle accompagne ses clients sur le web grâce à une offre complète de compétences leur assurant une visibilité digitale optimale.

 

 

Pour la suivre: Twitter / Facebook

 

Sa réponse:

 

Voici mes 5 prédictions pour l’année 2018, en matière de marketing digital en général et plus précisément de SEO.

 

1/ La vidéo, sous toutes ses formes !

 

Cette tendance ne fait que s’amplifier d’année en année, et devient une vraie lame de fond. Pour mémoire, YouTube demeure le second moteur de recherche du monde ; appartenant à Google, on notera en outre qu’aujourd’hui, toute requête formulée sur Google voit dans ses réponses remonter des vidéos YouTube.

 

Pour capter l’attention de l’internaute, et surtout la conserver, les images ne suffisent plus ; il faut des images animées (les GIF sont partout), et surtout, de la vidéo. De plus en plus courtes, rapides, punchy. Toutes les plates-formes s’y sont mises, en vidéo pure et/ou via les « Stories » : les contenus – surtout éphémères – se snackent, se dévorent, se partagent. Pour les marques, cela représente un nouveau et passionnant challenge pour leur marketing digital.

 

Cette course à l’audience se fait hélas souvent au détriment de la qualité voire de la pertinence. L’œil s’habituant à tout, il y a des dérives conduisant clairement au voyeurisme ; le postulat du montrer l’information brute, l’envers du décor, la vie réelle, etc., a ses limites. A nous de les trouver.

 

Ce qui est paradoxal à mon sens, c’est qu’autant les images sur les réseaux sociaux sont de plus en plus travaillées et retouchées (je pense à Instagram bien sûr), autant à l’opposé les vidéos se font plus crues, plus trash, plus réelles… Un phénomène de balancier ? Il y aura forcément un équilibre à trouver là-dessus, mais je fais confiance à l’écosystème humain, plus que digital, pour cela.

 

2/ Le mobile, toujours first

 

Là aussi, une tendance qui s’amplifie… A part les jeunes enfants, et certains qui choisissent de rester invisibles, nous avons TOUS aujourd’hui sur nous un smartphone, véritable ordinateur portable dont les capacités se développent bien plus vite qu’on ne peut l’imaginer. Et qui depuis bien longtemps ne sert plus vraiment à téléphoner, mais à communiquer, prendre des photos, travailler, s’informer, etc. Et qui dans le même temps fournit une quantité phénoménale de datas sur nous, en temps réel.

 

A titre individuel, on peut le déplorer, et s’en méfier. A tout le moins vouloir conserver un minimum de contrôle sur nos données (qui seront à mon avis la prochaine plus grande richesse monnayable). A titre professionnel, le canal mobile devient prépondérant pour les entreprises : leur site doit pouvoir y être trouvé, et lu correctement. Leur communication doit s’adapter à ce format : on devrait voir se développer les campagnes par SMS.

 

3/ Le voice search, l’avenir

 

Les assistants vocaux se multiplient : Siri pour Apple, Google Home, les outils sont nombreux, quel que soit le device. L’internaute devient paresseux ! Il est évidemment plus rapide d’énoncer à voix haute une question à son mobile que de la taper.

 

C’est une sorte de course à l’échalote entre les possibilités toujours plus grandes des outils et les demandes des internautes. Plus ceux-ci sont exigeants, plus les outils doivent s’adapter et trouver des solutions qui rendront l’utilisateur encore plus exigeant… Cette tendance n’est sûrement pas près de se ralentir ! Et les marques devront certainement en tenir compte à l’avenir, notamment dans un référencement intelligent et pointu de leurs contenus.

 

4/ Le local search/SEO, indispensable

 

Il est paradoxal sur ce sujet aussi de constater que bien que nous soyons en permanence dans une course à l’information planétaire, nous sommes aussi de plus en plus en quête de proximité… Que ce soit pour consommer, se rencontrer, et surtout, s’informer. Une proximité pour beaucoup rassurante, dans un monde qui évolue vite.

 

Paradoxe, ou encore une fois conséquence ? Toujours est-il que là encore, les outils doivent répondre à ce besoin d’information qu’ils ont eux-mêmes provoqué. Un commerce physique notamment, quelle que soit sa forme ou son implantation, se doit d’être représenté en local s’il veut remonter correctement dans les résultats de recherche des internautes. Google My Business est l’outil idéal pour cela, mais il demeure souvent sous-exploité par les marques.

 

5/ Les AI (Artificial Intelligence), une explosion à prévoir… ou pas ?

 

Que ce soit via les chatbots qui se répandent sur les sites de marque comme une traînée de poudre, avec plus ou moins de succès, le développement du machine learning, ou le fait qu’aujourd’hui une AI soit capable de battre un humain au jeu de go (le jeu le plus difficile du monde…), les AI sont partout. Elles représentent à n’en pas douter les plus grands enjeux financiers et technologiques du monde de demain, et à ce titre vont mobiliser sûrement de grosses ressources.

 

Mais tout comme dans d’autres domaines, il risque cependant d’y avoir beaucoup d’appelés, et peu d’élus… On peut s’attendre à ce niveau à un possible éclatement de cette « bulle », au final étroitement liée à toutes les technologies évoquées ci-dessus.

 

Il est certain toutefois que les robots capables d’apprendre feront de plus en plus partie de notre quotidien. Et je parle bien là de celui de monsieur tout le monde…

 

 

WAOUH!

 

 

Un énorme merci à tous ces participants de qualité qui ont contribué à cet article et grâce à qui vous savez à présent quelles seront les tendances pour 2018 en termes de Marketing digital & SEO! Si vous pensez que cet article est utile, partagez-le sur les réseaux sociaux, s’il vous plait!

 

4 janvier 2018